L'assistance des aides.

"Les principes de l'équitation comportent les assistances qui représentent les possibilités de compréhension entre le cavalier et le cheval. Cela a même un sens plus profond d'avoir désigné le langage entre les deux acteurs d"assistances" depuis des temps immémoriaux: le cavalier doit aider le cheval à le comprendre."

Alois PODHAJSKY Des chevaux et des hommes


La communication dans le travail.

Pour l'homme, la finalité de la communication est de s'adjoindre la participation volontaire du cheval. Bien sur, l'effet d'aide à lui seul ne suffit pas au début, tant que le cheval ne réalise pas le but à atteindre ou qu'il n'a pas assez confiance dans le cavalier.

On ne manquera donc pas de distinguer deux parties bien distinctes dans tout travail: l'une est le perfectionnement ou la répétition d'acquis précédents, l'autre l'enseignement de nouveaux exercices.
Dans le premier cas, on vérifiera s'il y a bien entente (ou association) entre l'aide et le mouvement par des évolutions en environnement neutre. Dans le second, on cherchera toujours à induire le mouvement, même s'il est déjà intégré par le cheval, de façon à préserver sa sensibilité pour des aides encore plus affinées.

Schémas de communication.

Les schémas suivant illustrent l'inter-action d'éléments essentiels servant la communication à travers trois exemples:

  • situation d'entente (répétition)
  • situation conflictuelle
  • situation d'éducation

ENTENTE

La situation d'entente résulte à la fois du degré de perfection technique du couple, et du caractère "rodé" de l'exercice. Cela autorise non seulement la préparation du mouvement à partir des caractéristiques de l'environnement, mais aussi de faire face à l'imprévu tout en restant efficace. Par exemple, en CSO, le cavalier est libre de se concentrer sur les questions de trajectoire.


CONFLIT

Il ne sert à rien de s'obstiner lors d'une opposition avec le cheval. Souvent, le cavalier se croit obligé de renforcer ses aides, mais c'est au détriment de la préparation et de la précision. De toute façon, le stress de l'animal bloque en lui toute écoute sensible et provoque le retour en force des schémas réflexes de sauvegarde (fuite). Enfin, la perception de l'environnement ( pare-botte, obstacle, lice, etc.) n'est plus prise en compte, augmentant le risque d'accident.
Sans pour autant abandonner son projet, le cavalier doit calmer la situation et reprendre, autrement, l'exercice à son départ.


EDUCATION

En situation d'éducation, l'attention du couple se porte sur le terrain proche (aménagé ou naturel) qui a pour fonction d'induire le mouvement; Les aides agissent par "touches" pour ne pas démobiliser les sens du cheval. Il élabore ainsi peu à peu le bagage cognitif de l'animal sans que celui-ci retienne des mauvaises impressions (coercition).



Décontraction et tonicité: voici résumé l'état idéal du cheval en activité. Cette situation s'obtient uniquement sur la base de rapports respectueux au sein du couple.