Le cheval extra-muros

L'équitation, c'est d'abord être à cheval dans la nature. Le manège ou la carrière paraissent à tort un milieu idéal d'apprentissage parce que commode et sécurisant mais en fait il n'en est rien, bien au contraire.


Fausses impressions

Notre culture équestre "indoor" forme des montures dénaturées au comportement bien sûr irrationnel. Les observations effectuées dans ces conditions et les techniques ou méthodes qui en sont issues n'en peuvent être que perverties. Ainsi le cheval n'est pas perçu comme un être fiable: il est attaché, contraint, conditionné (ou chouchouté, gâté,"acheté") afin de repousser au plus profond une nature toujours bien ancrée en lui.
De ce fait, sortir en extérieur avec lui procure à beaucoup de cavaliers une appréhension face à cet environnement ne permettant plus l'étroit contrôle de l'animal. Cette crainte est souvent légitime et fondée; la seule solution est de sortir du système et de tout reprendre sur de bonnes bases.

La réalité
L'
équitation d'extérieur ne fait pas que rapprocher l'homme et le cheval, elle est équitation à part entière avec ses exigences, ses techniques, son matériel. La formation des montures y est plus aboutie en ce sens qu'elles doivent bénéficier d'une plus grande autonomie motrice en plus d'un entraînement physique plus complet. Elle ne réalise aucun "miracle" sur les chevaux et cavaliers si elle est pratiquée avec laisser aller. Ce dernier point l'a souvent desservie et a entretenu un réel dénigrement de la part de l'équitation classique et sportive. Le fossé est aujourd'hui pratiquement comblé entre les deux clans, les uns délaissant un esprit par trop élitiste, les autres acceptant la nécessité d'acquérir un bagage technique.

Pas besoin de réinventer ce qui existe déjà

Ce qui est demandé aux cavaliers et chevaux d'extérieur?
A peu près tout mais sans pousser jusqu'à la performance telle que réclamée par l'Endurance, le Concours Complet.

Ces dernières années ont vues l'apparition du TREC dans notre pays. Le sigle est explicite: Technique de Randonnée Equestre de Compétition, en quelque sorte l'application de bases techniques classiques pour le maniement de montures en situation de randonnée. Cette tentative de rapprochement reste cependant d'une portée très limitée, semblant se refermer sur elle-même et n'intéressant qu'un cercle restreint d'adeptes.
La même démarche se retrouve avec la création d'un label d'élevage "cheval de loisir" dont on a du mal à cerner les véritables tenants et aboutissants.

L'équitation de travail forme des chevaux et des cavaliers à l'aise en terrain varié.


Heureusement et par ailleurs un mouvement plus profond se dessine dans notre paysage équestre national: depuis quelques années, l'équitation classique n'est plus la seule à être enseignée. Deux écoles étrangères différentes reprenant les principes d'une "équitation de travail" effectuent une remarquable percée dans les esprits attentifs: l'équitation américaine et dans une moindre mesure la Doma Vaquera. Tout aspirant cavalier dispose donc aujourd'hui d'un choix très clair entre deux méthodes éprouvées.

Pour le randonneur, la mieux adaptée semble évidemment cette équitation de travail, plus libre, qui doit son origine à l'utilisation pratique du cheval dans la nature. Qu'apparait-il au juste de cette dernière? Tout d'abord, nous remarquons la quiétude des montures sans qu'il y ait altération de leur tonus; la souplesse et l'équilibre sont aussi bien présents, signifiant l'orientation physique correcte du corps de l'animal. Le cavalier, lui, adopte une position qui ne peut être remise en cause au regard de la discrétion et de la portée des aides qui en sont issues. Enfin, il transparaît dans les diverses évolutions du couple à la fois l'aisance et l'efficacité, l'entente aussi.

Pour comparer
P
our faciliter le choix qui s'offre à présent aux cavaliers, il est appréciable de connaître les principes équestres des deux écoles, en omettant toutefois leur aspect traditionnel ou folklorique; pour pratiquer sérieusement l'une ou l'autre, il faut en comprendre les fondements et non chercher à les imiter de visu.

Equitation classique

Equitation de travail


Alors que l'équitation classique prône l'obtention d'une monture remaniée suivant le modèle académique, l'équitation de travail cherche à perfectionner les qualités naturelles du cheval ainsi qu'à s'adjoindre sa participation volontaire.

Bien sûr, dans les deux cas, l'animal est préalablement gymnastiqué pour ne pas subir le poids du cavalier. Pour cela, la méthode classique utilise des exercices correcteurs déjà orientés vers l'exécution des figures de manège, d'où une fréquente confusion de sens entre les termes "Dressage" et "travail sur le plat". L'autre méthode procède au moyen d'un entraînement plus libre, recherchant le bénéfice du geste avant sa forme.


A SUIVRE...

Faites part de votre critique en cliquant sur l'image "courrier", merci.